GE GRAVE

CENTRE GENEVOIS DE GRAVURE CONTEMPORAINE
Atelier et cours de gravure
www.ateliergegrave.ch

L’atelier genevois de gravure est un espace de 320m2 dédié aux pratiques de l’estampe. Il offre une infrastructure professionnelle pour les pratiques de la gravure sur presse traditionnelle et des procédés récents comme l’impression à l’aide de films photosensibles, la sérigraphie ou la numérisation. Des cours d’initiation (eau-forte, pointe sèche, aquatinte, gravure sur bois, typographie, sérigraphie, monotype, photogravure) ; des stages de perfectionnement ; des stages ponctuels ; des cours parents-enfants ainsi que des cours pour enfants de 6 à 14 ans sont proposés chaque année.

Le centre participe à la médiation de ces diverses techniques en proposant des visites (classe d’école primaire – DIP) ; des démonstrations (Musée d’Art et d’Histoire, Fondation Baur, etc) ; des cours (activités culturelles de l’Université de Genève, à l’Art et les Enfants, à la Fondation Cap Loisir, Autrement Aujourd’hui, etc.) et des formations continues pour les enseignants. L’atelier reçoit chaque année quatre artistes résidents dont les travaux sont exposés en fin d’année (Musée de Carouge, Halle Nord). Il est à disposition de 60 membres utilisateurs.

L’atelier dispose de sept presses dont une permettant des tirages de 1m/2m; une presse typographique ; quatre postes d’impression sérigraphie ; un poste prépresse et 12 postes de travail.

Dépréciation
Warning: Use of undefined constant label - assumed 'label' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/33a2cc85b7e9cc91ccffae12ef3de963/web/2017/wp-content/themes/big/functions.php on line 111
Tous les jours, en continu.

Carte blanche à Jonathan Delachaux

Invités :  Johan Wacquez, Shiko Hito

Le 13 et 14 octobre 2016 à minuit, une centaine de personnes s’est rendue au centre de gravure contemporaine à Malagnou. Répondant à l’invitation de Johan Wacquez, ils sont venus imprimer des faux billets de 10.- sur des vrais billets de 50.-

Johan W. venait de passer six mois dans le centre pénitentiaire de Tchan-Zâca. Son séjour carcéral en solitaire dans une cellule construite selon le modulor lui a donné une admiration immense pour le Corbusier. C’est pour sauver le visage de ce dernier (d’une disparition annoncée sur les billets suisses) que Johan W. a entrepris cette action.

Quelques mois plus tard, le peintre Jonathan Delachaux a représenté ces deux soirées clandestines dans une série de gravures qui sera exposée à BIG.

Une porte cachée permettra l’accès à un atelier secret. Les visiteurs qui parviendront à s’y introduire pourront faire imprimer dans leur passeport un visa pour Tchan-Zâca .